• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

François Mansart

Informations biographiques

Nom: François Mansart
Né(e) le 23 janvier 1598
Décédé(e) le 23 septembre 1666 à , Ile-de-France, France, Europe
Grand-oncle de
Neveu de
Oncle de
23 janvier 1598

Baptême de François-Nicols Mansart, 6ème enfant du maître charpentier Absalon Mansart et de Michelle Le Roy, à l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet.

11 juin 1610

Mort d'Absalon Mansart, père de François.

8 mai 1611

Remariage de sa mère avec Denis Adam, boulanger.
La famille s'installe rue des Boulangers.

1612 - 1617

Apprentissage auprès de son beau-frère Germain Gaultier, sculpteur, architecte de la ville de Rennes.

4 juin 1618

François Mansart est émancipé. Il donne décharge à son subrogé tuteur.

1 juillet 1618

Son oncle Marcel Le Roy, un des adjudicataires de la construction du pont Neuf de Toulouse depuis 1615, lui donne procuration pour conduire les travaux de construction.

25 octobre 1618

Contrat d'apprentissage d'un jeune Toulousain, Jean Laqueille, auprès de François Mansart.
Dans ce contrat, François Mansart est qualifié d'"architecte de la ville de Paris".

4 janvier 1619

Françoit Mansart reçoit procuration pour choisir les pierres nécessaires au pont à la carrière de Roquefort.

février 1619

Arrêt des travaux du pont à la suite de la découverte d'une fissure dans une pile construite par Pierre Souffron.

10 octobre 1619

Mansart donne procuration à son oncle Marcel Le Roy pour recevoir les deniers de son héritage paternel.

4 septembre 1620

François Mansart et Jacques Boullet, entrepreneurs associés, sont arrêtés sur ordre des capitouls de Toulouse pour avoir commencé à démolir l'arche construite par Pierre Souffron.

3 janvier 1621

Mansart quitte Toulouse. Il donne auparavant procuration à Antoine Caillet, agent des entrepreneurs, pour poursuivre le procès contre la ville.

15 mai 1621

François Mansart est à Rouen pour défendre le projet de pont sur la Seine de son oncle Marcel Le Roy contre celui de Pierre Hardouin.
Aucun projet de sera retenu.

9 décembre 1621

Procuration est donnée par les entrepreneurs du pont de Toulouse à Mansart, demeurant rue des Boulangers, pour recouvrer les sommes qui leur sont dues.

11 décembre 1621

Quittance à Mansart de 8227 livres 1 sol 6 deniers pour les travaux du pont de Toulouse.

mai 1623

Mansart donne le dessin de la façade de l'église des Feuillants, au faubourg Saint-Honoré.
Début des travaux.

novembre 1623

Mansart remplace Clément II Métezeau sur le chantier des travaux d'embellissement du château de Berny, près de Fresnes et d'Antony.
Le devis du contrat de reconstruction du château passé le 27 novembre 1623 entre Charlotte d'Estampes de Valençay, seconde épouse de Pierre IV Brûlart, avec François Boullet cite les plans de Mansart.
Mansart modernise l'édifice en conservant une partie des bâtiments existants.

19 mars 1624

Mansart est chargé de la construction d'un nouveau maître-autel par le chapitre de l'église Saint-Martin-des-Champs.

1 juin 1624

Marché de maçonnerie par François Boullet pour le «parachèvement du portail» de l'église des Feuillants.

17 août 1624

Paiement de 400 livres «pour commencer et parfaire le modelle et dessein» du maître-autel de l'église Saint-Nicolas-des-Champs.

19 novembre 1624

Paiement de 1495 livres 4 sols pour les fondations du maître-autel de Saint-Martin-des-Champs.

30 novembre 1624

Brevet du roi «qui retient Mansard pour l'un de ses architectes pour le service de ses bâtiments".

25 janvier 1625

Marché de maçonnerie par Jean Thevenon pour le maître-autel de Saint-Martin-des-Champs.

12 août 1625

Marché de marbrerie par Jean Savin pour la frise du maître-autel de Saint-Martin-des-Champs.

22 novembre 1625

Quittance de 1800 livres par Simon Guillain aux Feuillants pour les sculptures de leur église.

11 avril 1626

Marché de marbrerie par François Pasquier pour les colonnes du maître-autel de saint-Martin-des-Champs.

28 avril 1626

Marché de sculpture par Barthélemy Tremblay et Pierre Mansart, cousin germain de François, pour les statues du maître-autel de Saint-Martin-des-Champs.

10 décembre 1626

Marché de serrurerie par Arnould Barroy pour un balcon de fer au château de Berny.

13 décembre 1626

Brevet du roi qui «retient Mansard pour l'un de ses architectes", avec 600 livres de gages annuels.

Ouvrages et projets

Biographie de Wikipédia

François Mansart, né le 23 janvier 1598 à Paris et mort le 23 septembre 1666 à Paris, paroisse Saint-Paul, est un architecte français.

Il est considéré comme le principal précurseur de l’architecture classique en France.

Biographie

Né dans le faubourg Saint-Victor, il est le fils d’Absalon Mansart, maître charpentier au service du roi, et de Michelle Le Roy, elle-même issue d’une famille d'architectes et d'ingénieurs dont Philibert Le Roy, l'architecte du Versailles de Louis XIII. Il est le sixième de sept enfants. Son père meurt en 1610 alors qu’il n’est âgé que de 12 ans.

Formation

De 1612 à 1617, il étudie auprès de Germain Gauthier, sculpteur et architecte de la ville de Rennes. C'est à cette occasion qu'il rencontre Salomon de Brosse et Charles du Ry (de). De 1618 à 1621, avec son oncle Marcel Le Roy, il travaille à la reconstruction du pont de Toulouse et son oncle lui laisse une totale autonomie, cette construction marque l'achèvement de sa formation,.

Mansart n'a pas eu l'occasion d'aller en Italie car il ne pouvait pas interrompre son activité, il a donc appris l'architecture grâce à sa vaste bibliothèque qui lui faisait connaître l'architecture française du XVIe siècle et l'architecture italienne.

Carrière

Sa première réalisation notable est la façade de l'église des Feuillants, dont il fournit le dessin en 1623. Cette composition rencontre un certain succès en son temps et est très inspirée de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais (1616) de Salomon de Brosse,. La même année il participe à la rénovation du château de Berny. Cette rénovation plaît à Jean de Choisy, chancelier du duc d'Orléans, qui décide de lui confier la construction du château de Balleroy en 1631. Ce château présente déjà toutes les particularités du style de Mansart, les volumes sont pyramidants, les toits sont écrêtés et coiffés de lanternons et l'escalier est suspendu grâce à une importante maîtrise de la stéréotomie. Cette composition reprend le plan du château du Plessis-Belleville (1628) qu'il avait réalisé, il reprend également le même système d'escalier en pierre de taille logé dans un pavillon central. De plus, il crée ici une terrasse côté cour et côté jardin, ce qui ouvre le château sur le jardin; cette formule est très souvent reprise par la suite. En 1634, Gaston d'Orléans décide de faire appel à lui pour créer un nouveau château de Blois dont seulement une partie a été réalisée (il s'agit de l'actuelle aile Gaston d'Orléans), il s'agit d'un projet colossal abandonné en 1638, à la naissance du futur roi Louis XIV car Gaston d'Orléans cesse dès lors d'être l'héritier du trône. Ici aussi il emploie des toits écrêtés, et réalise une composition pyramidante. En 1641, René de Longueil fait construire son château de Maisons par Mansart, qui reprend de nombreux éléments du château de Balleroy et qui établit véritablement la renommée de l'architecte et qui devient un véritable modèle pour l'architecture ultérieure, comme l'indique Jacques-François Blondel dans son Cours d'Architecture (1771). La renommée de l'architecte s'établit aussi sur les frais de construction qu'il occasionne, en effet il n'hésite pas à détruire ce qu'il juge mal construit pour le reconstruire, c'est ainsi qu'après avoir construit une aile du château de Maisons, il la fit détruire et reconstruire pour obtenir un résultat le satisfaisant. L'arrestation de René de Longueil fait suspendre les travaux, qui reprennent en 1658. Finalement, alors que ses constructions sont très appréciées, le chantier du Val-de-Grâce, qui lui avait été confié en 1645, lui est repris et donné à Jacques Lemercier en raison des frais que son exigence engendrait.

Fin de vie

Plaque commémorative au n°5 rue Payenne.

À sa mort, de maladie, au 5 rue Payenne à Paris, où il avait toujours vécu, François Mansart a été inhumé à Saint-Paul.

Il ne s’était pas marié et n’eut pas d’enfants.

Œuvres

François Mansart est crédité des réalisations suivantes :

Châteaux et palais

Le château de Maisons-Laffitte, souvent considéré comme le grand œuvre de Mansart.

  • 1623-1627 : Château de Berny
  • 1627-1628 : Château de Pamfou
  • 1628-1630 / 1655-1656 : Château du Plessis-Belleville
  • 1631 : Château de Balleroy
  • 1631-1632 : Château de Montrouge
  • 1631-1649 : Château de Coulommiers en Brie (parachèvement)
  • 1633-1662 : Château de Pontchartrain
  • 1635-1638 : Aile Gaston d’Orléans du château de Blois, construite pour Gaston d’Orléans et qui servira de modèle pour le Palais du Luxembourg
  • 1638-1651 : Château de Limours (avant-cour et jardins)
  • 1639-1642 : Château de Chambord (travaux pour Gaston d'Orléans)
  • 1641-1650 / 1658-1660 : Château de Maisons-Laffitte, reconnu comme le chef-d’œuvre de Mansart et un modèle d’architecture classique, copié dans toute l’Europe
  • 1644-1645 : Galerie Mazarine de l'actuelle Bibliothèque nationale, site Richelieu
  • 1644-1666 : Château de Fresnes
  • 1646-1648 : Château de Petit-Bourg (jardins)
  • vers 1660 : Château de Gesvres à Crouy-sur-Ourcq
  • vers 1660 : Château de Soisy
  • Premiers plans (repris par Hardouin-Mansart) du château de Pomponne
  • Plusieurs projets inachevés pour l'aménagement du palais du Louvre , dont une nouvelle façade orientale (1664-1666)
  • Château de Guiry, à Guiry-en-Vexin, achevé en 1665.
  • Château de Villette à Condécourt, achevé vers 1669 par son neveu, Jules Hardouin-Mansart

Édifices religieux

Église Notre-Dame du Val-de-Grâce, Paris.

  • 1623-1625 : Façade de l'église du couvent des Feuillants de Paris
  • 1632-1634 : Temple du Marais (ancienne chapelle du couvent de la Visitation Sainte-Marie), à Paris. Sa construction a été assurée par l’entrepreneur maître-maçon Michel Villedo
  • 1632-1637 : La Visitation du Faubourg Saint-Jacques
  • 1645-1646 : Église Notre-Dame du Val-de-Grâce, à Paris
  • 1657-1665 : "portail" de l'église des Minimes

Hôtels particuliers et maisons

  • L'Hôtel de Guénégaud, seul hôtel particulier de Mansart demeuré intact.1631-1632 : Hôtel de Montmorency, rue Sainte-Avoye
  • 1635-1650 : Hôtel de la Vrillière "renommé" Hôtel de Toulouse, siège actuel de la Banque de France (1635), et sa Galerie dorée, pour Louis Ier Phélypeaux à Paris
  • 1642-1643 : Hôtel de Chavigny, rue du Roi-de-Sicile
  • 1642 : La maison de Mansart, rue Payenne
  • 1644 : Hôtel de Blérancourt, place Royale
  • 1648 : Hôtel de Jars, rue de Richelieu
  • après 1648 - vers 1660 : Hôtel de Guénégaud du Plessis
  • 1651-1653 : Hôtel de Guénégaud, rue des Archives à Paris
  • avant 1651-1665 : Hôtel de Condé au faubourg Saint-Germain
  • avant 1652 : Hôtel dit de Châteauneuf, rue Coquillière, Paris
  • 1653-1658 : Hôtel de La Bazinière, quai Malaquais
  • 1660-1661 : Hôtel Carnavalet, surélévation de trois ailes de l'hôtel du XVIe siècle et création d'un escalier (v. 1650)
  • 1660-1664 : Maison de La Bazinière à Issy

Autels

  • 1624-1628 : Autel de Saint-Martin-des-Champs
  • 1628 : Autel de la Vierge dans la cathédrale Notre-Dame de Paris

Monuments funéraires

  • 1655-1657 : Tombeau de Nicolas de Bailleul
  • 1656 : Tombeau des L'Aubespine
  • 1664-1665 : Mausolée des Bourbons à Saint-Denis (projet)

Texte tiré de l'article Wikipédia "François_Mansart" et modifié le 22 juillet 2019 sous la license CC-BY-SA 3.0.

Publicité

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Person-ID
    1001551
  • Publié(e) le:
    25.05.2002
  • Modifié(e) le:
    22.07.2014