• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Passerelle Lyon Confluence

Informations générales

Début des travaux: 2008
Achèvement: 2009
Etat: en service

Type de construction

Structure: Pont en arc avec tablier supérieur
Fonction / utilisation: Passerelle pour piétons
Matériau: Pont en acier

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 45° 44' 33.00" N    4° 48' 58.00" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

arc portée 62 m

Coût

coût de construction Euro 1 100 000

Matériaux

arc acier

La Passerelle Lyon Confluence

Le projet urbain de la Confluence prolonge le centre ville de Lyon sur 150 hectares jusque dans la pointe sud de la presqu’île où la Saône se jette dans le Rhône. Au cœur de ce nouveau quartier, la passerelle piétonne franchit la place nautique, une nouvelle darse créée perpendiculairement à la Saône.

La passerelle franchit la place nautique en belvédère sur le paysage. Elle donne l’occasion d’une échappée, permet une flânerie à proximité de l’eau et des berges et offre un moment de plaisir dans l’observation de la ville et de la nature transformées.

La structure en arche de 62 mètres de portée obéit à une géométrie canonique et efficace. La structure optimale produit une silhouette élancée qui s’intègre avec sobriété dans la darse, dont elle préserve l’unité, et libère les perspectives des promenades en direction des coteaux de la Saône.

La simplicité de la fonction et la pureté du schéma architectural ont exigé de se focaliser sur l'efficacité structurelle du schéma statique. Les matériaux utilisés, leur mise en forme et leur mise en œuvre ont été des thèmes essentiels de cette recherche d’efficacité.

L’ouvrage est constitué d’acier et de bois.

Deux arcs d’acier constituent la base de la structure. Ce sont des tubes de section circulaire cintrés dans des plans inclinés par rapport à la verticale. Des bracons, disposés en V sont encastrés sur l’arc par des pièces moulées. Les bracons, liaisonnés entre eux et aux culés par les deux fines membrures qui supportent le tablier, contrôlent le flambement de l’arc, permettent de surbaisser son cintre et d’augmenter son élancement. L’arc est articulé en phase chantier puis encastré sur des culées rigides dans un second temps, une fois chargé, par des platines également réalisées en acier moulé.

La charpente acier a été fabriquée en cinq tronçons, acheminés vers la darse par convoi exceptionnel. Après soudure des tronçons sur site, la charpente a été grutée sur deux barges avec un tirant provisoire qui reprenait les poussées des arcs pendant les phases de montage. Une rotation simultanée des barges à permis positionner la passerelle à proximité des culées pour le levage sur ses appuis. Après la pose du tablier et de ses équipements, l’arc puis toute la structure ont été définitivement liaisonnés aux culées.

Tous les éléments en contact avec le public, le tablier de quatre mètres de large qui suit la courbure de la structure, les solives longitudinales massives, le platelage en pas d’âne et la main courante sont réalisés en bois durable.

RFR, lauréat du concours d’architecture de la passerelle, a été responsable de la totalité des études de la passerelle, du concours à la supervision de la construction. La conception intégrée qui concilie en permanence architecture et ingénierie, a été menée jusqu’aux détails d’exécution. De nombreuses études numériques ont permis de comprendre et d’affiner le fonctionnement de la passerelle.

Deux thèmes on fait l’objet d’investigations structurelles particulières. D’une part la sensibilité au risque de flambement de la structure a été étudiée de façon approfondie. D’autre part plus les structures sont légères, plus leur comportement dynamique prend de l’importance par rapport à leur simple comportement statique. La seule détermination de la fréquence naturelle n’est plus suffisante et des études permettant de simuler le déroulement temporel d’évènements vibratoires sont nécessaires. Fort de l’expérience de la passerelle Simone de Beauvoir à Paris, RFR a particulièrement poussé les études dynamiques de la passerelle de la Confluence. Ces études ont permis d’anticiper le comportement de la structure lorsqu’elle est soumise aux différentes sollicitations des piétons en mouvement et d’assurer le confort au public en toutes circonstances.

Publicité

Intervenants

Maître d'ouvrage
Conception
Études techniques (structure)
Géotechnique
Vérification
Construction métallique
Génie civil
Construction en bois
Contrôle soudure
Essais matériaux
Balustrade

Sites Internet pertinents

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20041293
  • Publié(e) le:
    15.12.2008
  • Modifié(e) le:
    28.08.2016