• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Début des travaux: 861
Achèvement: 862
Etat: démoli (886)

Type de construction

Structure: Pont en arc

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Traversait:
  • Seine
Remplacé par: Pont des Planches de Milbray (886)

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

585

Grégoire de Tours signale le pont à propos d'un incendie qui consumme en partie la Cité.
Le pont est à tablier en bois porté par des piles de pierre, peut-être celles du pont construit par les Romains.

845

Les Vikings prennent Paris déserté de ses habitants.

856

Les Vikings incendient la ville. La cathédrale Saint-Etienne, les abbayes de Saint-Germain-des-Près et de Saint-Denis ne sont épargnés que moyennant le paiement d'un tribut.

858

Les Vikings font prisonnier l'abbé de Saint-Denis et imposent une énorme rançon pour sa libération.

861

Les Vikings reviennent à Paris et incendient la ville et l'abbaye de Saint-Germain-des-Près.

14 juillet 861

Un acte annonce la construction d'un pont, sûrement le Grand-Pont, parce qu'il précise qu'il aboutit sur le territoire de la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois.
L'acte est un faux, mais ayant été présenté en 909 au roi Charles le Simple, ses rédacteurs devaient connaître les faits qui y sont rapportés.
Ce faux avait probablement pour but de justifier la donation du pont et des moulins à la cathédrale.

862

Le roi de Francie occidentale, Charles le Chauve, décide de réagir en inaugurant une politique de défense consistant à bloquer les voies d'eau.
Il fait bâtir des ponts fortifiés à Pîtres (Pont-de-l'Arche), à Paris (Grand-Pont et Petit-Pont), près de Chartres sur l'Eure et à Trilbardou sur la Marne.
Un fortin est construit à chaque extrémité des ponts pour y placer une garnison et interdire le passage d'une rive à l'autre.

877

Les capitulaires «de Civitate Parisius» et «de castellis super Sequanam» prévoient de défendre Paris, avec en particulier un pont fortifié à Pont-de-l'Arche.

885 — 886

Grand siège de Paris par les Vikings.
Abbon, moine de l'abbaye de Saint-Germain-des-Près et témoin du siège, a fait le récit du siège.
Depuis 879, les luttes entre les descendants carolongiens ont amené un transfert vers les autorités locales des pouvoirs. Ainsi c'est l'évêque Gozlin qui fait rétablir les défenses de la ville et dirige sa défense.
A cette époque, seule la base en pierre de la tour devant assurer la protection du Grand-Pont était construite.
Dans la nuit qui suivit la première attaque elle a été surélevée en charpente.

Remarques

Le pont existait depuis l'antiquité. Après sa démolition en 866 il a été remplacé par le pont des Planches de Milbray.

Le Grand-Pont détruit au cours du siège de Paris par les Vikings en 886 se trouvait sensiblement au droit de l'actuel pont au Change puisque la tour qui le protégeait en rive gauche deviendra ensuite le Grand-châtelet.
Par contre on ne sait pas exactement à quel moment le Grand pont a été transféré à cet emplacement.

Le Grand pont que César cite dans la «Guerre des Gaules» se trouvait sur le cardo, c'est-à-dire à l'emplacement de l'actuel pont Notre-Dame, dans l'alignement du Petit-pont, de la rue Saint-Jacques et de la rue Saint-Martin.

Michel Fleury place le transfert du Grand-pont vers la position du pont au Change à l'occasion de la construction de l'enceinte de Lutèce, au 3ème siècle, pour placer ce pont à proximité du palais des gouverneurs romains sur lequel a été construit le palais royal puis le palais de Justice actuel. Au cours des fouilles faites au 19ème siècle et en 1984, on a retrouvé l'enceinte gallo-romaine et la base de la porte donnant accès au Petit-pont, mais il n'a pas été trouvé de vestiges permettant de situer le Grand-pont.

Dans l'Histoire écclésiastique des Francs,Grégoire de Tours signale que pendant l'incendie de Paris en 585/586, le feu touche le Grand-pont mais en évitant de brûler l'oratoire de Saint-Martin situé à proximité. Certains ont placé l'oratoire à l'emplacement de la tour de l'Horloge du Palais de Justice, d'autres sur l'île de la Cité, dans le prolongement de la rue Saint-Martin.

Si on doit supposer que le Grand-pont était au 6ème siècle toujours situé sur le cardo, il reste à savoir à quel moment se fait le transfert. Peut-être après la prise de la ville et l'incendie de Paris par les Vikings en 845, 856 ou 861.

La reconstruction du Grand-pont est demandée par le roi Charles II le Chauve au plaid de Pîtres, avec la construction de tours en protégeant l'entrée. Ces tours deviendront le Grand-châtelet pour le Grand-pont et le Petit-châtelet pour le Petit-pont.
Cette recontruction sera entreprise par l'évêque de Paris, Gozlin (ou Gauzlin). Gozlin avait été enlevé en 858 avec son frère Louis, abbé de Saint-Denis, par les Vikings et libérés contre une forte rançon. Tous deux étaient des petit-fils de Charlemagne.
L'évêque Gozlin et le comte Eudes, fils du duc Robert le Fort, ont assuré la direction de la défense de Paris au cours du siège de 885-886 par les Vikings.

A l'ancien emplacement du Grand-pont a été situé le pont appelé Planches-Mibray jusqu'à la construction du pont Notre-Dame.

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Aucun lien pertinent n'a été répertorié pour l'instant.

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20022580
  • Publié(e) le:
    14.08.2006
  • Modifié(e) le:
    28.05.2021