• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Autre nom(s): Ancienne abbaye Saint-Pierre
Début des travaux: 9ème siècle
Achèvement: 16ème siècle
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Église
Matériau: Structure en maçonnerie
Style architectural: Roman

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 46° 27' 4.65" N    5° 27' 43.39" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

bas-côtés largeur 4 m
hauteur 5.70 m
choeur longueur 6.64 m
coupole hauteur 12.50 m
nef largeur 7.05 m
hauteur ca. 15 m
longueur à l'intérieur 26.65 m
transept largeur 6.05 m
longueur 5.70 m

Chronologie

début du 9ème siècle — fin du 10ème siècle

Baidilus, comte d'Autun, fait appel à l'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe qui a adopté en 814 la règle de saint Benoît pour réformer l'abbaye de Saint-Martin d'Autun. 18 moines quittent l'abbaye de Saint-Savin. Ils vont restaurer les abbayes de Saint-Martin d'Autun, Baume-les-Messieurs, Vézelay, Bourg-Dieu et Massay. Ils fondent l'abbaye de Gigny avec Bernon.
Hugues de Poitiers [† vers 930], qui dirige le groupe, devient abbé de Saint-Martin d'Autun, puis conseiller de Bernon [Né vers 850 – mort le 13 janvier 927] lorsque celui-ci, d'abord abbé de Gigny puis de Baume-les-Messieurs, est désigné premier abbé de Cluny [910].

888 — ou 889

Bernon, Bourguignon, part rénover le couvent de Baume puis fonde l'abbaye de Gigny sur des terres appartenant à sa famille.
Il a pris l'habit monastique à l'abbaye de Saint-Martin d'Autun peu avant. Il y a rencontré Hugues de Poitiers venu avec 17 moines de l'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe réformer l'abbaye suivant la règle de saint Benoît.

888 — 913

Le monastère et l'église sont en construction.

890

Un acte de la chancellerie de Louis, roi de Provence, confirme à Bernon, abbé de Gigny, et à ses moines la possession de la cella (= petit établissement monastique rural) de Baume.

895

Une bulle du pape Formose sanctionne la création de l'abbaye de Gigny et la place sous la protection du pape.
Rodolphe Ier Welf [888-912], roi de Bourgogne, lui fait des dons.

903

Confirmation de la possession par l'abbaye de Gigny de la cella de Baume et de la cellula de Saint-Lothain (Jura) ainsi que de deux villae par Rodolphe Ier Welf.

11 septembre 910

« Le 3 des ides de septembre, en la onzième année du règne de Charles le Simple [879-929, seul roi de France en 898] », le duc Guillaume III le Pieux, duc d'Aquitaine, comte d'Auvergne, de Velay et de Mâcon fonde l'abbaye de Cluny « pour l'amour de Dieu et Notre-Sauveur Jésus-Christ ».
Bernon, abbé de Gigny et de Baume-les-Messieurs part fonder l'abbaye de Cluny avec six moines de l'abbaye de Gigny et six moines de l'abbaye de Baume-les-Messieurs.

913

L'église accueille les reliques de saint Taurin d'Évreux. A la suite des invasions normandes, elles avaient été transférées auparavant à Lezoux en Auvergne.
Il subsiste dans le chœur, la croisée du transept, la chapelle nord et l'actuelle sacristie sud des piliers du premier âge roman (10ème siècle). Les dispositions rappellent celles adoptées à l'église abbatiale de Cluny II consacrée en 981. Dans l'état actuel des recherches, on ne peut pas dire si ces maçonneries précèdent celles de Cluny II. Mais rien n'explique actuellement pourquoi les moines de Gigny auraient reconstruit le chœur de l'église abbatiale de Gigny soixante ans après sa construction par l'abbé Bernon.

927

L'abbé Guy, successeur de Bernon à Gigny, est en charge de Baume et Saint-Lothain.
L'abbé Odon [Né vers 878-879 près du Mans - abbé en 927 – mort le 18 novembre 942] est le successeur de Bernon à l'abbaye de Cluny. Le rédacteur de la vie d'Odon va modifier les rôles des monastères de Gigny et de Baume en valorisant celui de Baume où Odon avait pris l'habit de moine et y avait été prieur.

974

Le comte Manassès III, sire de Coligny et seigneur de Revermont fait une donation à l'abbé Mayeul ou Maïeul [né vers 906/910 à Avignon ou Forcalquier, abbé en 954 - mort le 11 mai 994 à Souvigny]. L'abbé de Cluny semble avoir retrouvé la direction de l'abbaye de Gigny.

début du 11ème siècle

Maïeul puis Odilon [né à Saint-Cirgues en 962, abbé en 994- mort à Souvigny en 1048] sont aussi abbés de Romainmôtier (Suisse) où ils font reconstruire l'église abbatiale de 996 à 1022. Par analogie, on date la reconstruction de la nef de l'église de Gigny de cette époque.

1032

Mort de Rodolphe III sans héritier. Le royaume de Bourgogne passe à son neveu qui devient empereur d'Occident sous le nom d'Henri III [1017-1056] en 1039. Son fils empereur d'Occident sous le nom d'Henri IV [1056-1106] s'opposera au pape Grégoire VII [1073-1085] dans la querelle des investitures jusqu'à l'humiliation de Canossa [1077].

1076

Dans une bulle, le pape Grégoire VII constatant la décadence de l'abbaye de Gigny, charge l'abbé de Cluny, Hugues de Semur [1049-1109] d'y restaurer la discipline. Aucun abbé ne pourra y être élu ou ordonné sans l'accord de l'abbé de Cluny.

1095

L'abbé de Cluny, Hugues de Semur soumet l'abbaye.
L'abbaye devient alors un prieuré dépendant de l'abbaye de Cluny.

1157

Un incendie détruit une partie du monastère mais ne semble pas avoir fait de trop grands dégâts dans l'église sauf la charpente de la nef. Il oblige les moines à recueillir des fonds pour sa reconstruction en entreprenant une tournée avec les reliques de saint Taurin.

12ème siècle

Elévation de la tour octogonale au-dessus de la croisée du transept.
Les croisillons saillants sont démolis.
Les voûtes de la nef sont construites après l'incendie.

13ème siècle

Construction de la chapelle Saint-André voûtée d'ogives en remplacement du bras sud du transept.
Les absides sont démolies. L'abside centrale est remplacée par un chevet rectangulaire voûté d'ogives et éclairé par des lancettes.

15ème siècle

Le prieuré passe en commende.

1492 — 1503

Le cardinal Julien Della Rovere, le futur pape Jules II, est prieur commendataire de Gigny.

1495

Le portail occidental est refait. Il porte les armes des Della Rovere.
Une chapelle de style gothique flamboyante est construite le long du bas-côté Nord du chœur.

17ème siècle

Construction du clocher au-dessus de la base de la tour du 12ème siècle.

18ème siècle

Les fenêtres sont agrandies.

1760

Le prieuré est sécularisé. L'église devient collégiale sous le nom de Saint-Pierre-Saint-Louis.
Une porte rectangulaire est alors construite dans le bas-côté sud. De même est réalisée une sacristie à côté de la chapelle Saint-André à l'est.

1789

L'église devient paroissiale sous le nom de Saint-Taurin.

2ème moitié du 19ème siècle

Démolition d'une partie de la chapelle gothique du bas-côté Nord du chœur.

Intervenants

Architecture

Sites Internet pertinents

Aucun lien pertinent n'a été répertorié pour l'instant.

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20013037
  • Publié(e) le:
    25.08.2004
  • Modifié(e) le:
    28.05.2021