0
  • DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Collégiale Saint-Pierre-aux-Liens du Dorat

Informations générales

Début des travaux: 12ème siècle
Achèvement: 15ème siècle
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Collégiale
Matériau: Structure en maçonnerie
Style architectural: Roman

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 46° 12' 50.83" N    1° 4' 55.79" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

longueur à l'intérieur 77.60 m
hauteur totale 60 m
croisée du transept longueur 10 m
largeur dans l'œuvre 38.80 m
crypte longueur à l'intérieur 19.80 m
largeur dans l'œuvre 16.60 m
déambulatoire largeur 3.80 m
nef hauteur 18.80 m
longueur 46.90 m
largeur totale 17.60 m
largeur de la nef, d'axe en axe des piliers 10.20 m
largeur d'un collatéral ø 3.80 m
tour de la croisée hauteur 26.60 m

Chronologie

6ème siècle

La légende et la tradition attribuent la fondation du monastère au roi Clovis 1er.
Cependant il ne semble pas qu’il y ait eu autre chose qu’une chapelle avant le 10ème siècle.

ca. 975

Il semble que la première église soit une chapelle construite dans un lieu appelé Scotorium pouvant faire supposer que le lieu avait été occupé par des moines irlandais disciples de saint Colomban.

987

Le premier texte ayant une certaine crédibilité stipule l’établissement d’un chapitre par Boson le Vieux, comte de la Marche.

990

Destruction de l’église par un incendie causé par des gens de Magnac-Laval pendant une guerre entre Bernard comte de la Marche et Hugues de Lusignan.

1013

Début de la construction de la nouvelle église.

1014

Mort de saint Israël. Réputé pour son savoir, il était devenu grand chantre et coadjuteur du premier abbé, Pierre Drut. Distingué par l’évêque Audouin, il le mit à la tête de son école épiscopale. Le pape Sylvestre II le charge de restaurer le monastère de Saint-Junien. Il revient ensuite au Dorat. Il y forme saint Gautier, fondateur de l’abbaye de Lesterps, et saint Théobald.

1063

Consécration de l’église par les évêques de Limoges et de Poitiers.

1070

Mort de saint Théobald.

1075

Consécration du maître-autel par l’évêque de Lisieux.

1080

Des sources indiquent un incendie.

1087 — et 1096

Deux actes désignent le lieu avec l’adjectif Deauratensis.

avant 1088

Certains textes indiquent qu’avant sa mort le comte de la Marche Aldebert II ordonne de rebâtir l’église et que cela a été continué par ses enfants et d’autres comtes de la Marche.
La construction a commencé par la crypte.

1107

Début du conflit entre le chapitre et la comtesse Almodis.
Le pape Pascal II écrit de Tours à Jourdain de Bellac pour lui enjoindre de ne plus tourmenter l’église du Dorat.

1112

Au cours d’un procès entre les chanoines et la comtesse Almodis, ces derniers s’appuient sur le texte de la charte de 987.
Les textes du procès indiquent que les chanoines ont besoin d’une grande quantité de fer. Probablement pour la reconstruction de leur église.
A cette époque le chapitre est gouverné par Ramnulphe de Brigueil.
Ce dernier avait participé à la consécration de la collégiale Saint-Junien en tant que prévôt.
Il gagne le procès contre la comtesse Almodis.

1130

La tradition indique que les reliques des saints Israël et Théobald sont transférées dans la crypte dédiée à sainte Anne. Il est probable que le chœur terminé à cette date a été consacré en même temps.

après 1150

Construction du transept puis de la 5ème travée de la nef adjacente, puis réalisation de la façade occidentale et de la 4ème travée, enfin liaison entre la façade et la 4ème travée.

1185

Le privilège accordé par le pape Liucius III désigne le lieu sous l’adjectif Deauratensis.

13ème siècle

Le lieu prend la forme Doratensis.

ca. 1425

L’abbé Guillaume IV l’Ermite fortifie le bourg et la collégiale.
Réalisation d’une tour au-dessus de la chapelle axiale.

1567

Assaut et pillage par les Protestants.

17ème siècle

Les ouvrages de défense sont partiellement démolis.

1659

Début des grandes fêtes septennales: les Ostensions.

19ème siècle

Les témoins de ces fortifications de l’église sont démolis.

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Maury, Jean / Gauthier, Marie-Madeleine S. / Porcher, Jean (1959): Limousin roman. Editions Zodiaque, Saint-Léger-Vauban (France), pp. 197-230.
  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20019601
  • Publié(e) le:
    17.02.2006
  • Modifié(e) le:
    28.05.2021