• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Début des travaux: 1939
Achèvement: 1950
Etat: en service

Type de construction

Structure: Pont en arc
Fonction / utilisation: Pont routier (pont-route)
Matériau: Pont en béton armé
Structurae Plus

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
, , ,
Franchit le/la:
  • Seine
Coordonnées: 48° 52' 1" N    2° 13' 47" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

22 février 1951

Inauguration en présence du président du conseil municipal de Paris Pierre de Gaulle.

Extrait de la Wikipédia

Le pont de Suresnes est un pont sur la Seine. Il relie le bois de Boulogne (Paris), à la ville de Suresnes (Hauts-de-Seine). Trois ponts ont existé : le pont suspendu (1842-1870), le pont métallique (1874-1950) et le pont actuel depuis cette dernière date.

Histoire

Suresnes est situé le long de la Seine. Durant des siècles, le fleuve a été utilisé pour la pêche et les transports de marchandises ou de personnes, alors que le village était isolé, ne disposant ni de pont, ni de grande route. C'est à partir du milieu du XIXe siècle qu'il commence à être domestiqué à Suresnes, chose favorisée par les besoins de l'industrie naissante (teintureries et blanchisseries au milieu du siècle, automobiles à sa fin). Le développement des transports participe du désenclavement de la ville : outre le réseau ferroviaire, un service de navettes fluviales relie Suresnes à Paris de 1866 à 1933,.

Historiquement, le seul moyen de traverser la Seine à Suresnes était le bac ; les ponts les plus proches étaient à Neuilly et Saint-Cloud. Le bac, dont la première mention à Suresnes remonte à 1590, permettait de rejoindre le bois de Boulogne et l'abbaye de Longchamp, puis Paris. Dans l'autre sens, il était utilisé par les pieux Parisiens qui voulaient participer au pèlerinage jusqu'au calvaire situé sur le mont Valérien, très populaire du XVIIe siècle jusqu'au début du XIXe siècle. La rue du Bac, perpendiculaire à la Seine, est le dernier témoignage de cette histoire.

Entre les années 1860 et les années 1930, plusieurs barrages-écluses sont édifiés sur la Seine à Suresnes, afin de la canaliser. Avant leur création, le niveau trop bas du fleuve ne permettait la navigation que la moitié de l'année ; il était même parfois si bas qu'on pouvait le traverser à pied.

Premier pont

La création d'un pont à péage est autorisée par une ordonnance du roi Louis-Philippe du 6 juillet 1839, dans le cadre d'une concession de 77 ans.

Il s'agit d'un pont suspendu dont les noms des concepteurs diffèrent selon les sources. On cite ainsi l'ingénieur Eugène Flachat, aidé de Jules Petiet ; M. Surville, né Eugène-Auguste-Georges-Louis Midy de la Greneraye (époux de Laure Surville,) ou les frères Seguin, des ingénieurs ardéchois. Le pont mesurait 150 m sur trois travées, dont la plus importante faisait 63 m. Le mode de suspension était original, par lattes de fer constituées de bandes flexibles (fers plats) superposées, système breveté par M. Muel.

Mis en service le 24 avril 1842, il est détruit pendant la guerre franco-prussienne de 1870, par des Suresnois affolés par une rumeur qui annonçait l'arrivée des troupes prussiennes. Il est ensuite provisoirement remplacé par un pont de bateaux.

Deuxième pont

Le deuxième pont est construit en 1874 par l'ingénieur Legrand et l'entreprise Martin. Il comprend trois arches et un tablier en fer et en fonte. Il est agrandi à 17,55 mètres au tournant du siècle par l'entreprise Crozel et décoré par l'architecte Jean Camille Formigé ; les candélabres sont l'œuvre du sculpteur Emmanuel Frémiet. Placés au dessus de chaque pile, chacun des candélabres étaient ornés de sculptures figurant les armoiries de Paris et de trois griffons présentant le blason de Suresnes.

Le pont est témoin des débuts de l'automobiles, tout comme de l'afflux de turfistes venus voir les courses à l'hippodrome de Longchamp voisin.

À Suresnes, il débouchait rue du Pont (anciennement rue de la Barre), où se trouvaient de nombreuses guinguettes et restaurants,. Ces lieux de distraction disparaissent au milieu du XXe siècle, avec l'aménagement de l'entrée du troisième pont. Quant à la rue, elle est détruite lors du remodelage du quartier dans les années 1970, qui voit la démolition d'une partie du centre historique, remplacé par des immeubles. La galerie commerciale Bagatelle se situe peu ou prou à son emplacement.

Troisième pont

Le pont actuel, le troisième, est un pont en arc, conçu par les architectes G. Tréant, J. Mathé et Théo Sardnal, assistés des ingénieurs des Ponts du département de la Seine. Il est construit en plusieurs étapes entre 1938 et 1950. La première phase des travaux, de 1938 à 1942, est réalisée par l'entreprise Dayde et la deuxième phase, de 1947 à 1950, par l'entreprise Billiard. Il comprend deux piles et des culées de béton armé, avec un tablier de poutres métalliques entretoisées et enrobées de béton,,. Situé en amont de l'ancien pont, il est aligné sur le boulevard Henri-Sellier (donc au sud de l'ancienne rue du Pont) et sur un angle de 8 degrés par rapport au fleuve. Ce n'est qu'une fois le nouveau pont terminé que l'ancien édifice métallique est démantelé. Le nouveau pont est inauguré le 22 février 1951, en présence du président du conseil municipal de Paris Pierre de Gaulle,.

Trafic routier

À cet endroit, la Seine est bordée à l'est par l'allée du Bord-de-l'Eau, et côté Suresnes, par le quai Gallieni au nord et le quai Léon-Blum au sud. Le pont prolonge le boulevard Henri-Sellier, à la sortie duquel des voies latérales permettent d'accéder aux quais. Du côté du bois de Boulogne, le pont, qui suit le tracé de l'ancienne route nationale 185 (D 985), est dans l'axe de la route de Suresnes.

Lors d'un comptage effectué en 2007 au moyen de compteurs à tubes, le trafic moyen journalier annuel s'élevait à 47 620 véhicules.

Texte tiré de l'article Wikipédia "Pont de Suresnes" et modifié le 9 octobre 2020 sous la license CC-BY-SA 3.0.

Intervenants

Architecture
1ère phase de construction (1938-1942)
Construction

Sites Internet pertinents

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20017923
  • Publié(e) le:
    03.10.2005
  • Modifié(e) le:
    05.02.2016