0
  • DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Début des travaux: 15ème siècle
Achèvement: 16ème siècle
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Forteresse
Matériau: Structure en maçonnerie

Prix et distinctions

1862 classement  

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 44° 32' 17.52" N    1° 0' 51.48" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

donjon hauteur ca. 60 m
structure entière nombre de tours 13
longueur de la première enceinte 350 m
tour Grosse Tour diamètre 14 m
hauteur 35 m
épaisseur des murs 4 m
profondeur du puits de la cour d'honneur 48 m

Matériaux

donjon maçonnerie

Chronologie

1271

Première mention du château dans un procès-verbal par lequel le roi Philippe III le Hardi entre en possession de l'Agenais. Il est édifié sans doute par une famille de chevaliers de Fumel, les Latour.
Le château comporte une salle et une tour pentagonale servant de réduit, le donjon actuel, dissociées et entourées par une enceinte. La porte d'accès au donjon est placée à 6 m de hauteur.
Le château est construit sur un rocher dans lequel existe une grotte naturelle.

1434

Jean de s'effondre est le premier membre de la famille de Roquefeuil qui rend hommage au roi comme seigneur de Bonaguil. La seigneurie de Bonaguil a dû être achetée auparavant au comte de Fumel.

1448

Naissance de Béranger de s'effondre, appelé Bringon, fils de Jean, au château de Flaugnac près de Castelnau-Montratier, en Quercy.

1450

A la fin de la guerre de Cent Ans, les seigneurs locaux ayant faits cause commune avec le roi d'Angleterre duc d'Aquitaine, le château est en ruine. Il appartient alors aux barons de Fumel qui le restaurent.

1464

Jean de Roquefeuil envoie son fils aîné Antoine auprès de Jean, comte d'Armagnac, son suzerain pour la seigneurie de Roquefeuil, pour participer à la ligue du Bien Public contre le roi Louis XI.

1470 — 1482

Jean de Roquefeuil fait reconstruire le donjon sur la base de celui du 13ème siècle – en lui donnant une forme effilée pour résister à l'artillerie – et le corps de logis.

1477

Antoine, meurt sans enfant.
Le troisième fils de Jean, Béranger de Roquefeuil, qui fréquente à cette époque la cour à Amboise, se marie avec Anne de Guérin du Tournel, fille de Pierre de Guérin du Tournel et de Louise de Crussols, gouvernante du Dauphin, fils aîné de Louis XI, le futur Charles VII.

février 1477

Jean de Roquefeuil obtient des lettres d'abolition et de rémission pour la participation de sa famille l'armée de la Ligue du Bien Public.

1480

Mort de Louis, second fils de Jean de Roquefeuil.

1482

À la mort de son père, Jean de Roquefeuil, Béranger hérite des châteaux de Castelnau, de Blanquefort et Bonaguil.

1493

Béranger de Roquefeuil ayant perdu un procès contre les habitants et les Consuls de Castelnau-Montratier, il quitte le château de Castelnau pour s'établir au château de Bonaguil. Il commence alors à le faire reconstruire ainsi que l'église Saint-Michel situé à côté du château.
Le château est alors doté d'une tour maîtresse à un angle du logis, d'une seconde enceinte avec une barbacane à l'entrée, de boulevards permettant une circulation rapide de troupes, d'une caponnière ou moineau, d'une chicane casematée. Les accès comprennent alors 7 ponts-levis.

1530

Mort de Béranger de Roquefeuil.

1563

Les Roquefeuil sont partagés entre Protestants et Catholiques. Le château est pris par les Protestants.

1572

Le château est restauré.

fin du 17ème siècle

La famille de Roquefeuil a des dettes importants. Le château est abandonné. Il tombe alors en ruines.

22 avril 1761

Le château est acheté par Marguerite de Fumel pour 35000 livres. Elle entreprend de le restaurer en le transformant pour en faire une habitation agréable:
les ponts-levis sont transformer en ponts fixes, construction d'une terrasse, démolition d'une partie des remparts pour donner une meilleure vue sur la vallée.

1788

Mort de Marguerite de Fumel. Ses héritiers abandonnent le château.

2 octobre 1791

Joseph-Louis de Fumel, héritier de Marguerite de Fumel, émigre. Cependant le château n'est pas vendu.

1793 — 1794

Le château est partiellement détruit par les révolutionnaires en application de la loi du 18 et 21 mars 1793 faisant obligation de déraser les châteaux forts jusqu'au niveau du corps de logis.

5 février 1799

Maxime Pons de Fumel vend le château à M. Troupel-Lagrave.

16 décembre 1860

La ville de Fumel achète le château pour la somme de 3000 francs.

1862

Viollet-le-Duc s'intéresse au château. Il est classé Monument Historique. Des travaux de restauration sont entrepris sur le donjon.

1895

Restauration des parties hautes du donjon.

Remarques

Le château est un château de transition entre les châteaux forts du Moyen-Âge et les premiers châteaux conçus pour la défense contre l'artillerie à feu. Son système de défense est une synthèse des savoirs militaires de cette époque et annonce les systèmes de défense du 16ème et 17ème siècles.

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20009748
  • Publié(e) le:
    31.07.2003
  • Modifié(e) le:
    28.05.2021