0
  • DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Achèvement: 12ème siècle
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Cathédrale
Matériau: Structure en maçonnerie
Style architectural: Roman

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 44° 45' 7.78" N    5° 22' 15.65" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

ca. 100

Die devient le chef-lieu des Voconces.

30 avril 313

Licinius bat Maximin Daïa à Tzirallum en Thrace. Après avoir fui, Maximin Daïa s'empoisonne à Tarse. L'empire est alors dirigé par Constantin pour l'Occident et Licinius pour l'Orient.

29 juin 313

Licinius fait afficher l'édit de Milan sur les murs du palais impérial de Nicomédie (d'après la traduction de Léon Duchesne):

« Depuis longtemps déjà, considérant que la liberté de religion ne pouvait être refusée et que l'on devait donner à chacun, selon son opinion et sa volonté, la faculté de se diriger à son gré dans la pratique des choses divines, nous avions ordonné que chacun, les chrétiens y compris, pût demeurer fidèle à ses principes religieux. Mais comme diverses dispositions avaient été ajoutées au texte par lequel cette concession leur était délivrée, il semble être arrivé bientôt que quelques-uns n'aient pu en jouir.
« Pendant que nous étions heureusement réunis à Milan, moi, Constantin Auguste, et moi, Licinius Auguste, et que nous traitions ensemble de tout ce qui a rapport à l'intérêt et la sécurité publics, parmi les choses qui nous ont paru utiles au plus grand nombre, nous crûmes devoir assigner le premier rang à ce qui concerne le culte de la divinité, en accordant aux chrétiens et à tout le monde la libre faculté de suivre la religion qu'ils voudraient, afin que tout ce qu'il y a de divinité dans le séjour céleste nous parût être favorable et propice, à nous et à tous ceux placés sous notre autorité. Ainsi nous nous sommes décidés, sous l'empire de la saine et droite raison, à ne refuser à personne la liberté, qu'il se soit attaché à l'observance des chrétiens ou à toute autre religion selon sa convenance; afin que la divinité suprême, dont nous servons librement la religion, nous puisse accorder en tout sa faveur et sa bienveillance. Ainsi, le sache Votre Dévouement (le rescrit est adressé à un fonctionnaire), il nous a plu d'écarter absolument toutes les restrictions contenues dans les lettres qui ont été antérieurement adressées à vos bureaux au sujet des chrétiens, restrictions odieuses, incompatibles avec notre clémence; et de laisser à chacun de ceux qui veulent observer la religion chrétienne la liberté pure et simple de le faire, sans être inquiété ni molesté. Nous avons cru devoir le signifier expressément à Votre Sollicitude, afin que vous sachiez bien que nous donnons aux chrétiens la liberté pleine et entière de pratiquer leur religion.
« En leur faisant cette concession, nous voulons, et Votre Dévouement le comprend, que les autres aussi aient la même liberté entière de leurs religions et observances, ainsi que l'exige la paix de notre temps, pour que chacun ait libre faculté d'adorer ce qu'il lui plaît. Nous l'avons ainsi réglé afin qu'aucune dignité ni aucune religion ne soit diminuée.
« En ce qui regarde les chrétiens, nous avons décidé, en outre, que les locaux où ils avaient coutume de se rassembler, à propos desquels des lettres adressées à vos bureaux avaient donné des instructions, si quelques-uns d'entre eux ont été achetés par notre fisc ou par qui que ce soit, on les rende aux chrétiens gratis et sans rien demander, sans chercher des prétextes ou soulever des ambiguïtés; ceux à qui ils auraient été donnés, qu'ils les rendent, eux aussi, aux chrétiens dans le plus bref délai. Ces acheteurs cependant, et ces donataires pourront s'adresser à notre bienveillance pour obtenir quelque compensation, ce à quoi pourvoira notre clémence. Et comme les chrétiens possédaient, non seulement leurs lieux de réunion, mais d'autres encore, appartenant à leurs corporations, c'est-à-dire à leurs églises, et non point à des particuliers, ces biens aussi vous les ferez rendre tous, dans les conditions exprimées plus haut, sans ambiguïté ni débat, à ces mêmes chrétiens, c'est-à-dire à leurs corporations et conventicules, sous la réserve déjà énoncée que ceux qui les rendent sans exiger aucun prix doivent compter sur une indemnité de notre bienveillance. En tout cela vous devez prêter audit corps des chrétiens le concours le plus efficace afin que nos ordres soient exécutés dans le plus bref délai et que, par notre clémence, il soit pourvu à la tranquillité publique. Ainsi, comme nous l'avons déjà dit, la faveur divine, dont nous avons fait l'épreuve en des circonstances si graves, continuera à soutenir nos succès, pour le bonheur public.
« Pour que la teneur de cette décision de notre bienveillance puisse parvenir à la connaissance de tous, vous aurez soin de publier cet écrit par voie d'affiches apposées partout et de le notifier à tout le monde, afin que personne ne puisse en ignorer. »

20 mai 325

Ouverture du premier concile de Nicée convoqué par l'empereur Constantin pour régler la crise de l'arianisme. Il ressemble 220 évêques de toute la chrétienté sous la direction d'Osius de Cordoue. Nicaise, évêque de Die, est le seul évêque des Gaules présent à ce concile. Le concile condamne les thèses d'Arius et déclare que le Fils de Dieu est consubstantiel au Père.

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Desaye, Henri (1992): La cathédrale Notre-Dame de Die. Présenté pendant: Congrès archéologique de France - Moyenne vallée du Rhône, 150ème session (1992), pp. 117-141.
  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20021812
  • Publié(e) le:
    20.06.2006
  • Modifié(e) le:
    28.05.2021