• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Autre nom(s): Canal de Loire en Seine
Début des travaux: 1605
Achèvement: 1642
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Canal

Situation de l'ouvrage

km Nom
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

longueur totale 57 km
nombre d'écluses 33

Chronologie

11 mars 1604

Henri IV signe les lettres patentes pour l'appel d'offres et l'exécution du canal.

5 février 1605

Hugues Cosnier emporte l'appel d'offres à l'extinction de la chandelle pour le prix de 505000 livres.
La réalisation du canal nécessite la construction d'écluses à sas dont le principe avait été étudié par Léonard de Vinci. La mise au point du tracé, le rachat des terres expropriées furent difficiles.
Les travaux nécessitèrent jusqu'à 12000 ouvriers.

1608

Le roi Henri IV visite le chantier.

1622

Après l'assassinat du roi Henri IV et la disgrâce de son ministre Sully, Hugues Cosnier doit abandonner le chantier.

28 juin 1638

Création de la société du canal par Guillaume Boutheroue et Jacques Guyon, receveurs des aides et payeurs des rentes dans les élections de Montargis et de Beaugency.

30 juin 1638
— 4 septembre 1638

Le roi Louis XIII accepte par lettres patentes les propositions de Guillaume Boutheroue, Jacques Guyon conseillés par François Boutheroue de terminer la construction du canal à leurs frais en devenant propriétaires du canal et de toutes ses dépendances et en l'exploitant à leur bénéfice exclusif.
Création de la "Compagnie des Seigneurs du Canal de Loyre en Seine". C'est la première société anonyme crée en France.

1642

Mise en service du canal.

décembre 1642

Lettres patentes modifiant les précédentes.
Le roi indique au début: «Nonobstant les difficultés et dépenses, le calcul a été depuis quelques années courageusement entrepris par quelques particuliers de nos sujets, qui se sont unis et associés pour cet effet et qui, dans un tems auquel la guerre leur donnoit conseil de pas engager en une telle entreprise qu'aux dépens du public, l'ont néanmoins, par une généreuse résolution, mis dans sa perfection, à leurs propres coûts et dépens, sans qu'il ait fait sur ce sujet aucune levée ny imposition sur nos peuples et sans que notre épargne en ait été chargée jusques icy, en sorte que l'on a vu plusieurs batteaux chargez de diverses marchandises, bascules à poissons et trains de bois venus de Roanne, d'Auvergne, de Tours et d'Angers, et autres lieux, aborder aux ports de notre dite ville de Paris avec grande joie et admiration de chacun».
Le roi rappelle ensuite l'acte primitif accordant à Boutheroue et Guyon, non seulement des droits de péages et d'éclusées, mais encore le monopole des transports.
Il constate que ce monopole a donné lieu à mille difficultés et déboires, tant pour les concessionnaires que pour le public, par suite de la négligence, de la malice et de l'infidélité des voituriers.
Il constate que le gain à provenir de la voiture des marchandises était la principale partie du fruit que les propriétaires du canal espéraient de leurs travaux. Les droits de péage et d'éclusée étaient à peine suffisants pour l'entretien et l'exploitation du canal.
Le roi déclare qu'il sera désormais possible à toutes personnes de voiturer des bateaux et des marchandises sur le canal, en payant les droits fixés aux tarifs approuvés par lui, lesquels droits seront perçus par les propriétaires sur toutes les marchandises passant par le canal, au lieu des droits de voiture, de péage et d'éclusée portés aux lettre patentes de 1638. Les propriétaires sont déchargés de l'obligation de transporter les marchandises

19 mars 1715

Arrêt de Conseil d'Etat renouvelant les mesures de polices.
Les propriétaires du canal ont signalé des abus commis par les bateliers ou autres: violation des droits de trématage accordés aux marchandises privilégiées, notamment aux denrées de toute nature, bateaux séjournant au milieu du passage et même dans les écluses, de manière à arrêter tous les autres, manoeuvres fantaisistes des écluses et prises d'eau, obstacles apportés par les propriétaires d'étangs à l'alimentation du canal.
L'arrêt fixe les pénalités. Il interdit à nouveau à tous juges, étrangers à la justice du canal, d'y exercer aucune juridiction.

1720

le canal de Briare, qui se terminait jusqu'à présent dans les douves de Montargis alimentées par le Loing et rendues navigables, à l'aval de l'écluse de la Reinette, est prolongé sur 4 km par les biefs de l'Anglée et de Buges, nommés alors "canal neuf", pour se raccorder au canal d'Orléans à Buges, tandis que le canal du loing est déjà en chantier.

1723

Le canal de Briare est prolongé vers la Seine par le canal du Loing, oeuvre de JB de Régemorte.

1791

La société du canal échappe à la confiscation.

années 1830

L'ensemble du canal est porté au gabarit de Louis Becquey : 31 m sur 5,20 m, mouillage 1,60 m, hauteur libre 3 m.

1838

Le canal est prolongé en 1838 par le canal latéral à la Loire qui permet de le relier au canal du Centre reliant la Loire à la Saône et au Rhône.

1860

État français rachète le canal à la "Compagnie des Seigneurs du Canal de Loyre en Seine".

années 1880

l'ensemble du canal est porté au gabarit Freycinet : 39 m sur 5,20 m, mouillage 2,20 m, hauteur libre 3,70 m. Cela oblige à des tracés entièrement nouveaux par endroits, les échelles d'écluses de Rogny, Moulin-Brûlé et Le Chesnoy sont abandonnées au profit d'écluses séparées sur un autre tracé.

Remarques

Parmis les ouvrages d'art remarquables du canal:

  • 7 écluses de Rogny
  • écluse quadruple de Moulin-Brûlé (1642, modifiée 1830, abandonnée en 1882),
  • les gares d'eau de Briare (1605, agrandies plusieurs fois par la suite)
  • l'usine élévatoire de Briare (1905, située au bord du canal Latéral ! modernisée en 1996),
  • et le réservoir du Bourdon (1904, vers Saint-Fargeau)

A l'origine, en 1642, le canal de Briare possède 41 écluses, dont plusieurs sont groupées en écluses multiples (Rogny: 7 sas, Moulin-Brûlé: 4 sas, Lépinoy: 2 sas, Chesnoy: 3 sas, La Marolle: 2 sas). Le bief de partage est en revanche plus court qu'actuellement: il s'étend alors de La Gazonne au Rondeau.

Intervenants

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

Autres publications...
  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    10000080
  • Publié(e) le:
    15.02.2002
  • Modifié(e) le:
    28.05.2021