• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Ambassade de Pologne

Informations générales

Autre nom(s): Hôtel de Monaco
Achèvement: 1772
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: usage d'origine:
Hôtel particulier
usage actuel:
Ambassade

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Adresse: 57 rue Saint-Dominique / 1 rue Talleyrand
Coordonnées: 48° 51' 33.18" N    2° 18' 55.58" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

1790

La princesse de Monaco émigre en Angleterre. Son hôtel qu'elle avait loué à l'ambassadeur de Grande-Bretagne est saisi. Il est alors mis à la disposition de la Commission des Secours publics. Il est ensuite affecté à l'ambassadeur de Turquie. Il est finalement attribué à Siéyès.

1808

Siéyès vend l'hôtel au maréchal Davout qui est aussi propriétaire de l'hôtel de Valentinois.

1823

A la mort du maréchal Davout, sa veuve s'installe à l'hôtel de Valentinois et loue l'hôtel de Monaco au Comte Apponyi, ambassadeur d'Autriche.

1838 — 1841

Le banquier William Williams Hope, célèbre pour sa fortune et les fêtes qu'il donne à Paris, acquiert l'hôtel. Il entreprend de transformer entièrement l'hôtel et confie les travaux à un élève de Brongniart, Achille-Jacques Fédel [1785-1860]. Il achète et fait démolir quelques immeubles en bordure de la rue de Grenelle. Il agrandit le jardin. Le bâtiment est élargi à onze fenêtres et rehaussé d'un deuxième étage. Le péristyle d'ovale devient rectangulaire. L'immeuble est flanqué de deux grandes ailes à un étage sous le toit, qui entourent une cour d'honneur. Le rez-de-chaussée était l'appartement privé du banquier. Le premier étage était réservé aux réceptions. On y accède par un escalier droit à caissons. Les salons sont luxueusement décorés. Les plafonds d'inspiration italienne sont l'oeuvre de Philippe Camairas [1803-1875]. Dans la salle de bal, les médaillons du plafond sont attribués à Jean-Baptiste Monnoyer [1634-1699] et à Jean-Baptiste Oudry [1686-1755]. La cheminée du salon Sobieski est l'oeuvre du bronzier Pierre-Maximilien Delafontaine [1774-1860).

1855

Hope meurt. Il lègue son hôtel à un ami anglais qui vend tout. L'hôtel est acheté par un autre banquier, Achille Seillière qui s'y installe luxueusement.

1873

A la mort du baron Seillière, sa fille Jeanne en hérite. Elle est mariée à Boson de Talleyrand-Périgord, prince de Sagan. L'hôtel est le lieu de réceptions, bals costumés et fêtes.

1909 — 1936

L'hôtel est la propriété du marchand d'art Jacques Seligman.

1936

Les travaux de l'exposition de 1937 sur le quai de Tokyo pour construire le Palais des arts modernes oblige la République de Pologne à trouver un nouveau lieu pour son ambassade. Elle achète l'hôtel de Monaco.

Remarques

L'hôtel a été construit pour Marie-Catherine de Brignole, princesse de Monaco. La princesse de Monaco l'habite jusqu'en 1790.

Intervenants

Architecture

Sites Internet pertinents

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20048155
  • Publié(e) le:
    19.09.2009
  • Modifié(e) le:
    27.05.2021