0
  • DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Informations générales

Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Église

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 45° 53' 26.50" N    3° 5' 40.31" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

ca. 250

Saint Austremoine vient en Auvergne sous les consulats de Decius et de Gratus. Il évangélise l'Auvergne. Il est le premier évêque de Clermont-Ferrand.

ca. 260

Après avoir évangélisé l'Auvergne, saint Austremoine, premier évêque d'Auvergne, se retire à Issoire où il fonde un monastère. Il est tué près de Tormeil et enseveli dans l'église du monastère.

ca. 474

Le premier monastère d'Issoire est détruit par les Wisigoths.

ca. 550

Le diacre Cautinus – Cautin – qui deviendra évêque de Clermont, remet en honneur le culte de saint Austremoine.

ca. 580

Saint Avit II étant évêque de Clermont, le corps de saint Austremoine est transféré à Volvic près des reliques de l'évêque saint Priest.

ca. 680

Sous Thierry III [673-691], fondation du monastère de Mozac par Caliminius, de famille sénatoriale, et par sa femme Namadia.
Une première église est construite – Mozac I – dont il reste des vestiges au niveau de la base du clocher-porche situé à l'Ouest de l'église.

759 — 761

L'Auvergne est dévastée par la guerre que se font Pépin le Bref, père de Charlemagne et Waïfre, duc d'Aquitaine.
L'abbaye, une des plus prestigieuse d'Auvergne souffre beaucoup de ces affrontements.

768

La fondation est attribuée à Pépin le Bref [vers 715-maire du palais en 741-roi des Francs en 751-768] dans une fausse charte. Cette charte lui attribue aussi,par erreur, le transfert des reliques de saint Austremoine de Volvic à Mozac en 764.

848

Transfert des reliques de saint Austremoine, premier évêque d'Auvergne, de Volvic à Mozac. Pépin II [vers 823, roi d'Aquitaine en 838-fait prisonnier par son oncle Charles le Chauve en 852-856] est présent.

853

Incursion des Vikings en Auvergne.

915

Nouvelle incursion Normande.

début du 10ème siècle

Après les incursions normandes, reconstruction d'une nouvelle église, Mozac II. L'église a les dimensions de l'église romane. Il en subsiste les étages inférieurs du clocher-porche et la crypte.
Le financement a pu être partiellement fait par Guillaume 1er le Pieux [886-918], duc d'Aquitaine et comte d'Auvergne, fondateur de l'abbaye de Cluny.
Le plan de la crypte rappelle celui de la crypte de la cathédrale de Clermont construite en 946.

1095

Pour rétablir la discipline et éviter sa décadence, l'abbaye est don-née à l'ecclesia cluniacensis, l'abbaye de Cluny, par l'évêque d'Auvergne Durand en accord avec le comte d'Auvergne Robert, seigneur au temporel. Cette donation est faite pendant le concile de Clermont, présidé par le pape Urbain II, au cours duquel est décidée la première croisade.
Cette donation est confirmée par le roi de France Philippe 1er [vers 1053-roi en 1060-1108] qui réside à Mozac.
L'abbaye de Cluny est dirigée par Hugues de Semur – saint Hugues.

1ère moitié du 12ème siècle

Construction de l'église romane. Son plan est semblable à ceux des églises d'Issoire, d'Orcival et de Notre-Dame-du-Port à Clermont.

1102

Hugues de Semur, neveu de l'abbé de Cluny Hugues de Semur, saint Hugues, devient abbé de Mozac.

1125

Le pape Honorius II confirme dans une bulle l'appartenance de l'abbaye de Mozac à l'ecclesia cluniacensis et ses possessions.

1126

Les soldats de Louis VI le Gros violent la sépulture de saint Calmin.
De cette époque date l'histoire de saint Calmin, plus légendaire que réelle. Elle fait vivre saint Calmin à l'époque de l'empereur Justinien [527-565]. Il aurait été « sénateur des romains », puis « duc d'Aquitaine ». Avec son immense fortune il aide les malheureux et fonde des abbayes: Mozac, Monastier-Saint-Chaffre en l'honneur de saint Théofrède, et près de Tulle. Historiquement, on connaît un Calminius, ami de Sidoine Appolinaire, évêque de Clermont, à la fin du 5ème siècle. Mais il ne semble pas être celui qui est à l'origine de la fondation de l'abbaye de Mozac.

1131 — 1147

Pierre de Montboissier appelé Pierre le Vénérable, abbé de Cluny depuis 1122, nomme son propre frère, Eustache de Montboissier, abbé de Mozac.

1147

Eustache de Montboissier est encore abbé de Mozac. Guillaume VI, comte d'Auvergne, vient à Cluny faire amende honorable pour ses torts vis-à-vis des moines de Mozac. Pendant ses démêlés avec l'évêque de Clermont, soutenu par le roi de France Louis VI le Gros [vers 1080-roi en 1108-1137], le comte d'Auvergne s'était emparé de Mozac.
En réparation, le comte Guillaume VI accorde à l'abbaye la moitié des leydes (leyde des grains donnant un revenu annuel de 1200 setiers en blé et avoine et une partie de l'eau potable) qu'il perçoit sur la ville de Riom.

entre 1160 — et 1190

Réalisation de la châsse de saint Calmin en émail de Limoges.
Sur une face, récit de l'histoire de saint Calmin et de sa femme Namadie et de la fondation de trois monastères: Mozac, Monastier-Saint-Chaffre et près de Tulle.
Cette châsse est la plus grande qui subsiste (0,81 x 0,24 x 0,45 m).
Elle a été probablement commandée par l'abbé Pierre de Marsac, abbé en 1168, mort vers 1195.

1165

Bulle du pape Alexandre III [1181-pape en 1159-1181], plaçant l'abbaye sous la protection spéciale du Saint-Siège. Cette bulle confirme la bulle de son prédécesseur Hadrien.
Cette bulle énumère toutes les églises possession de l'abbaye.

1169

Le roi Louis VII [vers 1120-roi en 1137-1180] confirme les privilèges de l'abbaye.

1196

Le roi de France Philippe II Auguste négocie avec le roi d'Angleterre Richard-Cœur-de-Lion, duc d'Aquitaine, et à ce titre suzerain des comtes d'Auvergne, le rattachement de l'Auvergne aux possessions de la couronne de France.

1197

Contestation avec les moines d'Issoire pour la possession des reliques de saint Austremoine. L'abbé de Mozac demande à l'évêque de Clermont, Guillaume de Bromont, de reconnaître et d'authentifier les reliques.

1209

Luttes entre le comte d'Auvergne Guy II et son frère, évêque de Clermont. Le comte s'empare du monastère et détruit son enceinte fortifiée et son cloître.

1212

Le roi Philippe II Auguste intervient en faveur de l'évêque de Clermont. L'armée du roi soumet Gui II retranché dans la ville de Riom. La plupart des terres d'Auvergne sont annexées au domaine royal. Clermont étant possession de l'évêque de Clermont, c'est Riom, située à 1 km de Mozac, qui devient le centre administratif et judi-ciaire de l'Auvergne royale.

1217 — 1243

Grande prospérité de l'abbaye sous l'abbatiat d'Aymeric de Mercœur. L'abbaye compte 50 religieux, des frères convers, des novices.

1264

Des articles de réforme du monastère sont rédigés à la suite d'un conflit avec l'abbé Yves 1er de Vergy.

1266

L'abbé de Mozac, Pierre d'Isserans, ancien prieur de Volvic, veut détacher l'abbaye de celle Cluny.
Refusant l'entrée du monastère à l'abbé de Cluny, il est excommunié. Il tient tête avec les moines pendant six ans.

1272

Aymeric de Vergy est nommé abbé de Mozac. Le nombre des prieurés dépendant de Mozac est fixé à 17, le nombre de moines est ramené de 41.

1277

Les consuls de Riom achètent à l'abbé le droit de conduire dans la ville l'eau de fontaine Dragonescha.

1285

Il y a 30 moines dans l'abbaye.

1295

Il y a 45 moines.

14ème siècle

L'école que tiennent les moines compte 300 élèves.

1346

Lettres patentes du roi Philippe VI réglant les limites de la justice de Mozac.

1386

Il y a 20 moines.

ca. 1410

Réalisation des stalles de l'avant-chœur.

1450

Armorial de Guillaume Revel montrant l'abbaye avant sa destruction partielle et sa reconstruction.

après 1460

Une série de séismes et le manque d'entretien dû à la pauvreté de l'abbaye à cette époque entraînent un effondrement du chœur roman. On ne conserve que les piliers de la nef et les grandes arcades. Les tribunes disparaissent. L'abbé Raymond de Marcenat [1459-1470] entreprend la reconstruction du chevet et du transept. La crypte est comblée.
Le cloître est démoli, ainsi qu'une partie des bâtiments monastiques (certains textes indiquent une destruction du cloître au moment de la Révolution). Il en subsiste la porte donnant accès au croisillon sud avec un linteau sculpté représentant une Vierge en majesté entourée de saint Pierre et saint Austremoine présentant l'abbé de Mozac rendant hommage.

1463

Le roi Louis XI est à Mozac. Il est venu avec une armée de 24000 hommes pour soumettre les promoteurs de la ligue du Bien Public, les ducs de Bourbon et de Nemours.
Ces derniers se soumettent sans combattre. Louis XI assiste à l'office dans le chœur et fait le don d'une croix processionnelle.

1480

Construction d'une chapelle sur le bas-côté Sud de la nef par le « sacristain » Guillaume Foucaud en l'honneur de saint Sébastien.

1490

Un tremblement de terre particulièrement violent détruit une grande partie de la ville de Riom située à 1 km de Mozac.

1510 — 1515

Louis II de Chassagne, dernier abbé régulier de Mozac.

1516 — 1570

Abbés commendataires de la famille Duprat.

1595

Siège de Mozac par les troupes du roi de France Henri IV [1555-roi de Navarre en 1572-roi de France en 1589-1610]. L'abbaye avait pris le parti de la Sainte Ligue. Les fortifications de l'abbaye sont démantelées malgré les protestations des moines.

1655

Tentative d'introduire la réforme de Saint-Maur. La communauté se partage entre ceux qui restent fidèles à Cluny et les mauristes.
Décadence de l'abbaye.

17ème siècle

Réalisation de la châsse de saint Austremoine pour remplacer celle qui a été vendue.

1705

L'évêque de Clermont fait la reconnaissance des reliques de saint Calmin et de sainte Namadie.

1741

Construction des voûtes d'ogive actuelles.

1791

Départ des moines.
L'évêque constitutionnel, Périer, supprime les deux paroisses de Saint-Paul et de Saint-Martin.
L'église abbatiale devient paroissiale.

1846

Un badigeon gris est passé sur les chapiteaux.

1849

Découverte de deux chapiteaux sur les huit du déambulatoire du chœur roman dans les remblais de la crypte: chapiteau de la Résurrection et chapiteau des Atlantes.
L'architecte Mallay déblaie et restaure (reconstitue) la crypte.
Au cours du 19ème siècle, une partie du trésor de l'abbaye, qui avait été sauvé à la Révolution, est vendue.
Un chapiteau du déambulatoire se trouve actuellement à l'Albert and Victoria museum à Londres.

après 1900

Tentative de vol de la châsse de saint Calmin.

septembre 1983

L'abbé Granet, abbé de Mozac, découvre le chapiteau des Quatre anges et des quatre vents dans le mur du chœur côté Sud. Il se trouve maintenant dans le chœur.

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20016135
  • Publié(e) le:
    22.04.2005
  • Modifié(e) le:
    29.07.2014